Des avancées insuffisantes, une ligne rouge franchie.

J’étais, aujourd’hui, au Conseil économique, social et environnemental pour écouter les annonces du Premier ministre.

Si certaines annonces vont dans le bon sens et reprennent les solutions de l’UNSA, l’absence de garanties et de précisions concrètes attendues par de nombreux salariés attisent leurs inquiétudes.

De plus, une ligne rouge a été franchie. La mise en place d’un âge pivot à 64 ans en 2027 avec une montée en charge dès 2022 prolongera de fait la durée de travail pour tous. Dès 2022, les salariés âgés de 62 ans seront obligés de travailler quelques mois de plus sauf à se voir imposer un malus. Pour moi, cela n’est pas acceptable.

L’UNSA poursuit ses échanges, négociera jusqu’au bout et mettra ainsi la pression sur le gouvernement.

L’absence de clarté sur les garanties attendues, le flou sur la question de la pénibilité et la mesure punitive que constitue l’augmentation de la durée de travail pour tous les salariés nous conduisent à appeler à la grève mardi prochain.