Rencontre avec le Premier ministre : parlons solutions

Le 3 février dernier, j’ai été reçu par le Premier ministre Jean Castex. A cette occasion, j’ai porté le message de l’UNSA : des solutions tout au long de l’année.

L’UNSA est une force d’ouverture. Nul besoin d’appeler à un « printemps social » ou d’attendre une « rentrée sociale » pour être force de solutions. Pour l’UNSA, le dialogue social est une constante. Notre pays en a besoin.

Voici les principales solutions que j’ai présentées :

  • Une prime pour la deuxième ligne

Caissiers, professeurs, routiers : les millions de travailleurs de la « deuxième ligne » ont maintenu le pays à flot au plus fort de la crise.

Au prix d’une exposition accrue à la Covid-19, ils ont assuré une mission d’intérêt général : permettre la continuité du quotidien.

Le patronat doit assumer ses responsabilités par une revalorisation salariale des travailleurs de la deuxième ligne. J’ai proposé au Premier ministre de reconnaître leur dévouement par le versement d’une prime.

  • Une revalorisation des bas salaires

La Covid-19 contribue à accroître la fracture entre les plus favorisés et les plus modestes.

J’ai donc exprimé au Premier ministre la nécessité de revaloriser les salaires des plus jeunes et des plus précaires, parmi lesquels ceux des TPE.

La paupérisation des travailleurs est réelle, ses conséquences sont dramatiques pour les ménages et les foyers français.

  • La mise en place du Revenu Universel d’Activité

Alors que la jeunesse est directement fragilisée par la contraction de l’activité, j’ai, enfin, plaidé pour la fusion des minimas sociaux au sein d’un Revenu Universel d’Activité, ainsi que son ouverture aux jeunes de 18 à 26 ans.