Notre solidarité avec les travailleur·ses au front depuis un an

Le 1er mai est une journée pour tous les travailleur·ses, mais cette année je voudrais dire toute notre solidarité à ceux qui prennent soin de nous quand le malheur s’en prend à nous. Depuis le déclenchement de la crise sanitaire, les travailleur·ses des secteurs essentiels et de proximité restent mobilisé·es sur le front.

Une fête des travailleur·ses au front

Cette année, la fête du travail est avant tout une fête de ces travailleur·ses au front. Au nom de l’UNSA, je veux ici leur exprimer respect, estime et admiration pour leurs actions depuis le début de la crise.

Des services de réanimation aux salles de classe en passant par les rayons et les caisses des supermarchés, les travailleur·ses du front assurent le maintien des services essentiels à la population.

Par leur sens de l’intérêt général et du dévouement à autrui, ils sauvent des vies, garantissent notre sécurité et nos libertés républicaines, éduquent nos enfants, prennent soin de nos aînés, nettoient nos rues et permettent au pays de tenir bon.

Le blues des héros du quotidien

L’expression de « héros du quotidien », couramment employée pour les désigner, repose sur un malentendu : les travailleur·ses du front ne sont ni invincibles, ni inoxydables.

En dépit de leur résilience et de leur abnégation, nombre d’entre eux disent leur regret d’être retombés dans l’oubli dès la fin du premier confinement.

Notre solidarité

Parce que la formule de « héros du quotidien » ne doit pas masquer la réalité bien souvent précaire des conditions de travail et de vie des travailleur·ses du front,

Parce que les travailleur·ses du front ont permis au pays de tenir debout face à l’un des pires chocs économiques et sanitaires de l’histoire,

L’UNSA appelle les entreprises et les pouvoirs publics à rendre hommage, au nom de la solidarité nationale, à l’engagement des travailleur·ses du front, en :

  • rendant prioritaire leur vaccination,
  • leur versant les primes promises,
  • investissant dans la formation,
  • requalifiant les contrats précaires,
  • revalorisant les salaires.

Notre avenir commun : l’autre déficit public

À cette heure, je pense particulièrement aux salarié ·es des TPE impacté ·es par les nouvelles mesures d’un confinement qui ne dit pas son nom et bouche les perspectives d’avenir.

Ils tiennent bon et sont des modèles de courage. Ils nous disent aussi qu’une quatrième vague d’ordre psychologique nous menace. Demain n’a jamais paru aussi loin pour nombre de travailleurs dans le pays. Cette crise psychologique fait planer le spectre d’une épidémie de découragement par rapport à l’avenir, que nous devons prendre au sérieux et à laquelle nous devons impérativement apporter des réponses.

Un consentement à l’avenir épuisé ?

Maintenus dans un « présent sans fin » qui les épuise autant qu’il les fait douter de l’avenir, les salarié·es accusent le coup.

Selon notre enquête, 41 % des salarié·es de TPE craignent pour leur propre emploi, tandis que 48 % indiquent que leur entreprise leur semble menacée à l’avenir.

En première ligne, les salariés des TPE sont frappés par ce phénomène de détresse psychologique faisant tache d’huile dans le monde professionnel : le taux de dépression nécessitant un traitement atteint désormais 36 % des salariés du pays, selon le 6ème Baromètre de l’état de la santé psychologique des salarié·es français·es. 


Ne négligeons pas le coût social de la dévalorisation de l’avenir

Cette situation nous préoccupe sérieusement et nous occupe depuis plusieurs semaines et pour les mois à venir. Nous ne connaissons en effet que trop bien les conséquences collectives du déficit d’avenir.

Tensions, détérioration des relations de travail, sentiment d’injustice, décrochage professionnel, perte de sens au travail, progression des faits de violence et de harcèlement : la situation actuelle contient en germe le risque d’une inquiétante désunion des salarié·es. Signe des temps, 63 % des Français reconnaissent que le virus leur a fait prendre conscience qu’ils devaient attacher moins d’importance au travail dans leur vie (Baromètre de l’état de santé psychologique des salariés français).

À ce malaise professionnel s’ajoute la réalité d’existences entravées par la pandémie : celles des étudiants, des jeunes actifs et des familles qui voient l’avenir avec inquiétude.

Nous sommes déjà présents pour cet avenir

Face au délitement du consentement à l’avenir, une relance psychologique coordonnée est plus que jamais nécessaire. Car ces multiples souffrances, en apparence indépendantes les unes des autres, dessinent en réalité le schéma cohérent d’une France en proie au doute sur ce qu’elle est et, surtout, sur ce qu’elle sera demain. C’est un déficit public grave.

À l’UNSA nous avons déjà pris acte de cette crainte. Nombre de souffrances, lorsqu’elles demeurent dans l’oubli, génèrent un ressentiment durable.

Face à ce déficit public, le syndicalisme a une responsabilité envers tous les salarié·es : retisser les fils d’un dialogue social parfois interrompu, protéger de la précarité, revaloriser d’urgence les bas salaires, ouvrir le chantier de la formation professionnelle, etc.

L’UNSA mobilise toutes ses forces pour rendre notre avenir commun possible, avec des solutions tout au long de l’année.